Fêtes et Cérémonies
La vie municipale est organisée pour les principales céremonies autour de celles du 8 mai, du 14 juillet et du 11 novembre. Pour les fêtes elle propose ou participe à diverses manifestations comme les après-midi concerts, le Festival de Musique.

     

 
 
Samedi 27 mai – Inauguration de l’aire de camping-car

En traversant l’espace de loisirs Girard-Rochais, tout juste inauguré, les élus présents, public et parmi celui-ci les membres du Camping-car Club Centre, se sont rendus jusqu’à l’aire de camping-car pour son inauguration officielle.
     
Officielle en effet, car depuis les fêtes du Millénaire de la Bataille de Pontlevoy, en juillet dernier, elle est ouverte et plus que régulièrement occupée.
L’idée existait. Des pontiléviens camping-caristes, Christian Micas, conseiller municipal, Joël Allouard, ont poussé et tiré le projet, en proposant au conseil le meilleur emplacement. L’ex communauté de communes du Cher à la Loire a  souhaité participer à son financement avec la commune en créant des équipements identiques sur son territoire. Les aires de  St Georges-sur-Cher et de Monthou-sur-Cher ont été aménagées ensemble. Enfin pour en diminuer le coût la commune avec ses employés a mis en place la couche de calcaire en surface, réalisé les petites plantations ornementales et depuis l’ouverture entretien les lieux.
     
Dans son discours Jean-Louis Berthault, maire, rappelle les finalités de cet équipement : «promouvoir le tourisme sur notre territoire, proposer aux utilisateurs un lieu sécurisé, propre et agréable à vivre dans un cadre exceptionnel avec vue sur l’Abbaye, permettre à notre commerce local d’augmenter son chiffre d’affaire. Nous le savons et ils le prouvent à chacun de leurs passages, les camping-caristes font vivre le commerce local. Que ce soit commerces de proximité ou produits locaux Pontlevoy en offre un panel complet de qualité».
En réponse Jacques Coucaud, président du Camping-car Club Centre, présent avec une vingtaine de camping-car, confirme les propos du maire, d’autant plus que Pontlevoy, au milieu des châteaux de la Loire, à deux pas du zoo de Beauval, dispose également d’une architecture riche autour de son abbaye. Des balades à thèmes sont proposées avec, le Musée dans la Rue entre patrimoine et culture, les tableaux du peintre naïf Ferdinand Desnos et les collections du photographe Clergeau mis en valeur par l’association des Amis du Musée et du Patrimoine de Pontlevoy. Pour mémoire il est bon de rappeler que le conseil municipal a accepté la gratuité totale des fluides pour les usagers et que les jetons nécessaires pour les obtenir sont disponibles dans tous les commerces.
      
Appelant auprès de lui tous ceux qui ont aidé à la réalisation de l’aire de camping-car le maire coupe le ruban tricolore et invite les présents à l’apéritif dinatoire préparé par Patrice Riollet, traiteur à Bourré.



Samedi 27 mai – Inauguration de l’Espace Girard-Rochais

A l’heure dite, fin d’après-midi, les invités et le public se sont retrouvés rue de la Grefferie devant la stèle, une pierre de Pontlevoy remarquable, âgée de plus de 23 millions d’années, transférée avec l’autorisation du propriétaire du château de Cheverny le Marquis Charles-Antoine de Vibraye, de son emplacement d’origine, rue du petit Bois.
     
Comme l’annoncera dans son discours, Jean-Louis Berthault, maire, la stèle porte le nom d’Espace Girard-Rochais, en hommage à Monsieur Girard, ancien propriétaire d’une grand partie de cet espace de loisirs et qui pendant longtemps n’a pas voulu disposer de cet espace, un temps loué terrain de camping, un temps loué boulodrome, mais aussi peupleraie de rapport. « Je remercie la famille Girard d’être présente aujourd’hui et bien entendu Mme Girard qui nous fait l’honneur de sa présence. Mme Girard, Je vous présente, au nom de la municipalité,  toutes nos excuses car la dénomination officielle de cet espace aurait dû se faire bien plutôt. C’est-à-dire avant la disparition de votre mari ». C’est lors des discussions menées à l’initiative de Christian Goemaere, alors maire de Pontlevoy dont le conseil municipal souhaitait l’achat de cet espace pour permettre la réalisation d’un espace de loisirs, que la proposition de nommer ce dernier «Espace Girard-Rochais» fut faite.
Cet endroit, témoin privilégié de l’histoire de l’Abbaye de Pontlevoy va connaitre dans les années à venir une nouvelle orientation. Face à la façade principale de l’abbaye, ce lieu est déjà devenu un espace de déambulation où chacun peut, à l’image des jardins anglais, utiliser l’endroit à sa guise. La balade, le pique-nique, le sport,  le jeu,  entre amis,  en famille y sont déjà possible grâce aux travail des employés communaux. Pour l’avenir on peut espérer, l’utiliser comme lieu culturel avec des expositions de plein air, concerts,  y faire des fêtes de village etc.
Face à un jardin à la française, la commune souhaite élaborer un espace où la nature reprendra partiellement ses droits. Une zone humide maitrisée, un petit plan d’eau ayant l’esprit d’une mare, des chemins de déambulation parfaitement marqués et d’autres qui se modifieront au grès des saisons. Les espaces enherbés seront traités de façons différentes, un fleurissement modéré, un verger déjà en place depuis quelques années constituent la structure de cet ensemble.
    
Invités à se rapprocher de la stèle, Madame Girard et son petit-fils, Christian Goemaere dévoilèrent avec Jean-Louis Berthault la pierre de Pontlevoy portant le magnifique lettrage réalisé par le sculpteur bien connu d’Onzain Patrick Meriguet : «Espace Girard-Rochais».
     
Le ruban de l’inauguration fut lui coupé en présence de Denys Robiliard, député de la circonscription.


Lundi 8 Mai 2017 - Célébration du 72ème anniversaire de l'Armistice de 1945
 
La cérémonie, ce lundi, a fait moins recette qu'à l'habitude.
Après la cérémonie religieuse en l’église Saint Pierre, un public clairsemé c’est rassemblé devant la mairie, derrière les drapeaux, la Pontilévienne fanfare, les sapeurs-pompiers de Pontlevoy-Thenay, les élus pour rejoindre le monument aux morts dans le jardin de la mairie. Là, les discours.ont suivi le dépôt des gerbes.
                                        
Du discours de l’UFAC (Union Française des Associations de Combattants) lu par Abel Joubert, on retiendra"... En ce jour anniversaire où les français et françaises se souviennent, l'UFAC invite chacune et chacun, particulièrement les jeunes, à la vigilance et à œuvrer, avec courage et persévérance, pour un monde de fraternité, de solidarité et de paix".
     
Puis Jean-Louis Berthault, maire, lut le discours du Secrétaire d’Etat, auprès du ministre de la Défense chargé des anciens combattants et de la mémoire, Jean-Marc Todeschini: "…Notre pays s’est construit, après 1945, sur le souvenir de ces tragédies et par la volonté de vivre ensemble au sein d’une Europe en paix, unie, préservée des nationalismes et des idéologies totalitaires."
Après la minute de recueillement, la Marseillaise exécutée par la Pontilévienne fanfare, le défilé des participants remonta la rue du Colonel Filloux et le boulevard Malingié jusqu'au monument des victimes Déportés et du STO où de nouvelles gerbes furent déposées.
     
Au foyer rural Jean-Louis Berthault rappela que « dès la fin de ce terrible conflit des femmes, des hommes  s’uniront pour jeter les premières bases d’une réflexion qui permettra de ne plus connaitre ce niveau d’atrocité et de vivre en paix. Petit à petit l’Europe se construit. En marge des conflits, qui continuent à se perpétrer à travers le monde, les européens façonnent leur territoire. Différents traités se succèdent, différents pays s’intègrent dans l’union européenne. Une monnaie unique se créée. Les échanges culturels, le programme Erasmus autant d’innovations qui ont permis à nombre de jeunes de partager, d’échanger avec leurs homologues d’autres pays européens. Mes enfants, vos enfants, vos petits-enfants ont ou vont pouvoir vivre ces moments forts de l’échange international. Bien entendu, tout n’est pas parfait, des erreurs sont commises, de nouvelles inégalités apparaissent. Est-ce pour autant,  qu’il faut tout remettre en cause et se replier sur soi- même. Je ne le pense pas et  vous invite à réfléchir sur tous ces sujets sans perdre de vue que tout le travail accompli a permis à l’ensemble des européens de vivre en paix depuis 72 ans».
Le point sur la vie communale commença par le sujet médical où l’issue semble proche avec l’espoir d’une prochaine arrivée d’un médecin pouvant remplacer le docteur Coutaud à sa très prochaine retraite. Concernant l’Abbaye de Pontlevoy, la situation semble ubuesque. Si la banque  HSBC est devenu propriétaire de ce bâtiment par adjudication judiciaire, l’ancien propriétaire, débiteur défaillant, continue à occuper les lieux comme semble l’y autoriser la justice. Si l’on peut lire sur les réseaux sociaux différents commentaires sur l’action de la mairie, le maire ne fait pas plus de commentaire annonçant que le moment venu il apporterait toutes les informations sur cet épisode qui, il faut le dire, ne sert pas Pontlevoy. Mais la vie communale c’est aussi, l’avancée du PLUi avec un nouveau plan de zonage qui sera bientôt présenté, des solutions en cours de travail pour retrouver un avenir au bâtiment ITAC, rue Franche, un programme de voirie de 100 000€, et très bientôt, le 27 mai, l’inauguration du parc de loisirs Girard-Rochais avec rue de la Grefferie son stade de boules.
Le point ainsi fait chacun fut invité au verre de l’amitié. Les discussions entre groupes purent reprendre ainsi qu’il est de coutume dans ces circonstances.

 

Vendredi 6 janvier - Vœux du Maire
 
Après l’ouverture en musique par la Pontilevienne
les autorités présentes, conseillère départementale, élus des communes voisines,  représentants de la gendarmerie, du clergé, du centre de secours, du lycée, des associations, sont salués et remerciés de leur présence par Jean-Louis Berthault, maire. Du 1er dimanche de janvier la cérémonie est passée à un vendredi en fin d’après-midi. Les administrés ont répondu présent massivement.
En 2016, à Pontlevoy, le lotissement des 8 logements adaptés rue Franche, financé et géré par Terre de Loire Habitat a été livré, l’aire de camping opérationnelle depuis début juillet sera inaugurée au printemps prochain en même temps que l’espace Girard-Rochais dont une large partie des aménagements est réalisé par les employés communaux. Avec l’installation d’un facteur guichetier la poste a été réaménagée et sécurisée avec sa nouvelle entrée sur la place de Verdun.
« Nous aurons également investi pour réaliser des économies d’énergie qui nous permettent de baisser nos charges de fonctionnement et par conséquent augmentent notre capacité d’autofinancement » avec plus particulièrement le changement des fenêtres de l’école publique, la régulation de l’éclairage nocturne et le changement des points lumineux des axes les plus consommateurs du village pour une économie, à terme de près de 70% de la facture éclairage public. Pour ce qui concerne la sécurité des usagers, des places de stationnements dans les lieux les plus fréquentés ont été matérialisées, la signalétique et les arrêtés  nécessaires permettent à la gendarmerie de verbaliser les contrevenants, la rue de la Bouamerie a été élargie sur plusieurs espaces permettant le croisement des véhicules.
Au plan sportif les terrains de tennis extérieurs du Parc de la Belle-Etoile ont été nettoyés avec la participation de TC Sud 41 (le club de tennis). Au plan culturel la Commémoration du Millénaire de la Bataille de Pontlevoy aura été le moment phare de l’année 2016. « Un pari osé, brillamment relevé par plus de 200 bénévoles de Pontlevoy et des communes voisines. Je pourrai faire un très grand discours sur le travail et l’engagement de chacun dans cette aventure extraordinaire. Plus efficace et plus valorisant, je vous propose d’applaudir sans retenue toutes celles et ceux qui ont donné de leur temps, voire beaucoup de temps, pour cette réussite totale. Merci pour eux, merci à vous pour la belle image que vous avez pu donner de notre village ».
Avant de parler des projets de 2017, Jean-Louis Berthault fait le point sur deux lieux dont l’avenir est incertain : l’abbaye et le bâtiment Itac rue Franche.
Pour l’abbaye on se souvient de son achat par une SCI américaine avec pour but de faire découvrir la culture européenne à leurs étudiants. Le contexte international le l’a pas permis. Sa vente aux enchères judiciaires n’ayant pas abouti la banque HSBC en est devenu propriétaire. «Nous sommes en contact avec la personne en charge de ce dossier chez HSBC  et si la municipalité n’a pas vocation à investir dans un projet privé elle peut proposer ses services dans la limité de la légalité.»
Pour le bâtiment ITAC il n’est pas normal de voir un bâtiment dans un tel état dans les rues de Pontlevoy. La municipalité va tenter de lui trouver une solution viable.
Pour 2017 et années suivantes  la première priorité de la municipalité est le maintien de la couverture médicale du village : médecins, infirmières, dentiste, pharmacie. Des départs à la retraite s’annoncent, cette année pour une médecin, un peu plus tardivement pour le second et la pharmacie. «Vous l’avez lu dans les CR du conseil municipal, la municipalité a signé un contrat avec le cabinet AD VALOREM pour le recrutement d’un médecin. Cette démarche du cabinet de recrutement reste la méthode la plus sûre. Elle se déroulera, très certainement, avec le recrutement d’un médecin d’origine étrangère». La centralisation de l’offre commerciale, la mise à disposition de zone à urbaniser à des coûts accessibles, sont aussi dans les préoccupations communales.
Au niveau syndical notre réseau d’eau est en mauvais état avec un taux de fuite trop important. Des canalisations vieillissantes et des circuits compliqués rendent la maintenance difficile. De lourdes tranches d’investissement nous attendent ce qui aura une répercussion sur le prix de l’eau, d’autant que de nouvelles normes vont imposer aux gestionnaires des services d’eau potable d’avoir des réseaux efficaces offrant un bon rendement. Ceux qui ne voudront pas suivre se verront pénalisés.
Enfin, depuis le 1er janvier 2017 Pontlevoy, après de nombreuses et longues péripéties, fait partie de la communauté de communes Val de Cher Controis, un nouvel ensemble de 37 communes et de 48 000 habitants allant de Selles-sur-Cher à Saint-Georges sur Cher. «Au niveau des compétences les deux anciennes communautés conservent les  leurs et  devront les harmoniser dans un délai de 12 à 24 mois.
La fiscalité est actuellement différente entre nos deux territoires : pour les particuliers 2% actuellement dans le Controis et 0% dans la CCCL. Nous devrons harmoniser cette fiscalité qui devrait, hypothèse, passer  à 1.5% sur tout le territoire. Le délai pour effectuer cette harmonisation pourrait aller jusqu’à 12 ans.
Nos deux territoires ont établi des projets, une feuille de route, jusqu’en 2020. Nous devrons respecter ces engagements et en parallèle travailler sur des projets communs pour  écrire un projet de territoire qui respectera les attentes et les spécificités de chacun. Soyons assez intelligents pour éviter de s’essouffler sur des querelles sans intérêt qui n’ont pour seule conséquence que de discréditer les élus face à la population et de créer un éloignement entre ces deux parties».
Formellement terminée la cérémonie s’est terminée par des remises de médailles et diplômes.
Présentés par Daniel Clément, président de la Pontilévienne, les musiciens de la musique Jean-Marie Renoult, Jean Max Auger, Henri Marty et Jérémy Gautier, sont décorés.
En l’absence de Jean-Luc Gilet, chef du corps des Sapeurs Pompiers de Pontlevoy Thenay qui se remet de son accident du travail, Alain Lucas  appelle Jean-Pierre Daluzeau et Jacky Terrier, qui, partant à la retraite, sont décorés de la médaille de bronze pour services de secours, de défense civile, de protection civile, d’aide aux populations.
Au niveau de la commune, trois agents volontaires se voient remettre par le maire le diplôme de sauveteur secouriste du travail : Nelly Desbureaux qui travaille à l’école Malingié, Stéphanie Racine dans les services administratifs et Lionel Daunay dans les services technique.
Après un nouvel petit intermède de la Pontilévienne, les chaises rangées, le verre de l’amitié, les amuses-bouche et la galette viennent combler le public.

 
PS
Plus d’informations à venir sur les médaillés à venir sur les pages «Autres Informations» et «Les Associations – Leur vie»


Vendredi 11 Novembre 2016 – Commémoration de l’Armistice de la Guerre 1914-1918.
Cérémonie en l'honneur de tous ceux qui sont morts pour la France

 
La traditionnelle messe du 11 novembre a été célébrée par Dom Mathieu, en l’Eglise Saint-Pierre. Messe de la Saint-Martin qui, outre les élus et fidèles de la paroisse, accueillait les élèves de l'internat du Lycée catholique, leurs parents, les anciens qui fêtaient en fin de matinée les 10 ans de l'établissement ainsi que les élèves des internats qui en sont issus de Laval et du Puy en Velay. Dans son homélie Dom Mathieu annonçât que Saint Martin allait nous aider à unifier toute cette journée aux nombreuses manifestations. " Il nous apporte la charité, le don de soi aux autres. Qu'est-ce qui fait que les hommes qui depuis 2 ans  en 1916 sont dans les tranchées tiennent? La charité.  C'est cela qui permet au cœur des combats aux hommes d'être présents et de continuer à se battre pour la France, la Liberté et la Paix et pour leur frère qui est à côté d'eux".
      
A l'issue de la messe, derrière les drapeaux, de la place de la Libération, part le cortège suivant les musiciens de la Pontilévienne, les sapeurs-pompiers de Pontlevoy-Thenay, les élus de la municipalité en direction du cimetière municipal. Le cortège est nombreux: les lycéens et leurs familles sont présents, et les pontiléviens nombreux.
      
Devant le carré des soldats (ils sont 11 des différends conflits du XXème siècle), une gerbe est déposée en mémoire des enfants de Pontlevoy et des militaires de l’Hôpital Temporaire N°38, installé dans l’abbaye, morts pour la France entre 1914 et 1918.
Au monuments aux morts, après le dépôt de gerbes, le discours de l’Union Française des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, l'appel des Morts pour la France sont lus par deux lycéennes, "En ce 98° anniversaire du 11 novembre 1918, la France commémore également le 100° anniversaire de la bataille de Verdun et des combats de la Somme. En ce jour de commémoration, rendons hommage à tous ces soldats de Métropole, d'Outre-mer et des Pays alliès, qui ont fait preuve d'un courage exemplaire méritant une indéfectible reconnaissance",
      
et  celui du secrétaire d'Etat auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire  par Jean-Louis Berthault, maire, "Soucieux de pérenniser et d'inscrire dans la pierre l'hommage rendu chaque 11 novembre aux Morts pour la France dans les théâtres extérieurs, le Président de la République a décidé qu'un monument sera dédié à ces femmes et hommes qui ont payé de leur vie leur engagement pour la défense de notre pays et de ses valeurs. Ce futur Haut-lieu de la mémoire nationale entend témoigner à la jeune génération combattante la reconnaissance éternelle de la Nation et rappeler aux Françaises et Français que la liberté dont ils jouissent est aussi due à l'engament de ces femmes et hommes qui, jusqu'au sacrifice de leur vie, sont prêts à la défendre".
      
Après la minute de silence, la sonnerie aux Morts et la Marseillaise jouée par la Pontilévienne, le cortège se dirige vers le Monument des Victimes et Martyrs du nazisme, boulevard Malingié, pour y déposer, là aussi, deux gerbes.
Au foyer rural, après une dernière présentation aux drapeaux, le maire, dans son allocution, rappelle ce que fut au front l'année 1916 mais aussi que "durant cette période les femmes ont assuré le travail agricole dans les zones rurales et que dans les secteurs industrialisés elles présentent, souvent avec leurs enfants, la presque totalité des ouvriers. leurs conditions de travail sont très dures et payées moins cher que les hommes. A la fin de la guerre une circulaire leur demandera de démissionner de ces usines pour laisser la place aiux hommes revenus du front. Un siècle plus tard il est aussi important de commémorer ce douloureux passage de notre histoire".
 
Revenant à aujourd'hui il fait le point sur les actualités du moment.
L'abbaye est en vente. Faut-il croire tout ce que rapporte la presse des entretiens qu'elle a pu avoir avec le responsable de l'abbaye? Dans sa campagne de mise en place de nouveaux panneaux de signalisation ceux concernant l'abbaye ont été intégrés. Pour ce qui concerne la signalétique publicitaire, elle est du ressort des établissements recevant du public. Sur les 150 000€ dépensés pour recevoir du public (2000 personnes en 2016) il est étonnant qu'une petite partie n'ait pu être utilisée pour la publicité.  Par ailleurs il est dit que l'abbaye ne demande aucune contrepartie financière aux associations pour le prêt de salles. En 2016 les contrats signés par exemple pour La Bataille de Pontlevoy et le Festival de Musique ont représenté 15000€, soit 10% de la valeur annuelle dite d'investissement de l'abbaye. Enfin il est aussi bon de rappeler que la municipalité en 2001 a participé au tour de table pour permettre au propriétaire actuel de racheter le monument.
Les travaux de la Poste ont pris du retard suite à une suspicion de présence d'amiante. Elle devrait rouvrir entre Noël et le jour de l'an.
Après un certain nombre de réunions avec les personnes concernées et le conseil municipal un plan d'action pour le dossier médical est mis en œuvre. Il sera détaillé lors des vœux du maire.
Au 1er janvier 2017 les communautés de communes du Cher à la Loire et Val-de-Cher Controis seront fusionnées. Une réunion publique sera organisée d'ici à la fin de l'année sur ce sujet .
Après avoir remercié la Pontilévienne et le corps des Sapeurs-Pompiers Jean-Louis Berthault fit applaudir plus particulièrement Jean-Luc Gilet, chef de corps, hospitalisé après un accident du travail, ainsi que Jean-Pierre Daluzeau et Jacky Terrier, qui atteints par la limite d'âge vont arrêter leur carrière. Le verre de l'amitié a conclu la cérémonie.


Samedi 8 octobre 2016- Repas des Anciens
 
Pour la troisième année consécutive le banquet annuel des Aînés offert par la municipalité s'est déroulé en ce début d'automne. C'est sous le signe des "Livres et lecture,  livres en herisson, dictons ou paroles d'hommes et écrivains célèbres sur la lecture sur table, que le conseil municipal quasi complet accueille 141 pontiléviens de 68 ans et plus.  
Une fois chacun installé, Jean-Louis Berthault, maire, ouvre le repas par un petit discours, appele et présente les membres de la commission sociale qui a préparé la journée, les jeunes qui vont servir et l'équipe du traiteur. Il laisse ensuite Christiane Barboux, en charge du CCAS, conduire la suite de la manifestation.
Comme à l'habitude les doyens de la salle sont appelés près du conseil et reçoivent un panier garni en cadeau. Pour les dames ce sera Fernande Dugas,  pour les messieurs Lucien Samson. Le menu a été numéroté et un tirage au sort récompense là aussi  d'un panier garni deux convives: mesdames Martin et Berthelin. La traditionnelle photos de groupe faite, élus et jeunes de la commune, Anaëlle, Léonore, Manon,  Maeva et Louis servent l'apéritif.
       
Pierre Regisseur, un ancien du cours Simon, avant le début du service nous récite deux poèmes: l'un de Florian, l'autre plus célèbre d'Arthur Rimbaud "On n'est pas sérieux quand on a 17 ans."
Le menu,  préparé par  M Riollet, traiteur à Bourré, commence par un feuilleté de saumon à l'oseille sur lit de salade. Après le temps  de pose du sorbet poire vient le plat principal, joue de boeuf en daube avec gratin dauphinois. Le tout étant bien entendu accompagné d’une salade avec fromages de brie et chèvre que complétent les mignardises de Walter et le café. Le Domaine des Roy fournit le vin, blanc, rouge et pétillant.  Servi pour chaque plat rapidement et entrecoupé par de moments d'animations où les musiciens, le duo Gracias, trompette et accordéon, font choisir et chanter les chansons préférées de chacune des tables, le repas se déroule sans fausse note, valse, tango, madison et autres danses entraînant les danseurs sur la piste du foyer rural.
  
Jeudi 14 juillet – Fête Nationale

Pour 2016 la municipalité et les associations ont choisi une célébration dans la tradition. Le temps est resté au beau et a permis à la journée de se dérouler sans encombre.
Au matin treize équipes de deux partenaires (souvent un adulte et un jeune) ont pédalé sur les chemins du plateau entre Pontlevoy ,
l'étang de Sudais et cette année l'incontournable Ail Vert, lieu de la Bataille, participant à diverses épreuves, sportive et d'adresse, culturelle en faisant du beurre ou en testant ses connaissances sur l'étang par exemple.
Notre groupe local Cahot a lancé l'après-midi, place de la Saulaie, par un concert de rock, démontrant encore une fois, s'il le fallait, sa qualité.
  
Pendant le concert des élus gonflaient à l'hélium les ballons  qui allaient s'élancer de la place du Champ de Foire  vers des contrées éloignées. Dans cet espace découvert aucun ne s'est perdu ou accroché sur un fil électrique ou des arbres. Attendons leur retour!
  
  
  
Vers 17h, de la place de la Saulaie, la Parade traditionnelle, avec nos chars locaux, dont celui de la Pontilévienne emmenant le cortège, a fait le tour du village, aux bâtiments et arbustes décorés par Pontlevoy Animation, suivant le pavoisement des maisons signalées de ballons bleu, blanc, rouge. Venaient ensuite  le corps des sapeurs-pompiers de Pontlevoy-Thenay, le maire et les élus non occupés sur le parcours à en assurer la sécurité, les chars réalisés par les associations, quartier ou particuliers, avec en queue de peloton les véhicules des sapeurs pompiers.
Ils ont parcouru ainsi les rues du village, rue Poulain, de la Boule d'Or, du 8 Mai, du boulevard Malingié,
rue Marcel Thenot, du Pichois, puis retraversant la départementale par le boulevard des Tilleuls jusqu'au Foyer Rural où se sont poursuivis les cérémonies.
  
Après les remerciements des conseillers municipaux aux sapeurs-pompiers, le discours du maire,  la municipalité offrait un vin d'honneur à la population.
  
  
A sa fin les résultats du rallye vélo furent donnés. En sont sortis premier Hannelore et Vincent Laigniel, suivis de fort près par Laurent Limousin et Hugo Racine puis Sébastien Lepin et Noémie Limousin.
Le dîner dansant, qui suivait, était organisé par Pontlevoy Animations, accompagné par le groupe Holiday, la buvette étant tenue par le club Cyclo de la Pontilévienne.    
Vers 22h30 il était temps de préparer la retraite aux flambeaux, qui conduisit en musique le public, et un grand nombre d'enfants, devant la façade de l'abbaye
où le feu d'artifice, accompagné en musique, fut tiré en parfaite sécurité.   


      

    
  

 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site