Fêtes et Cérémonies
La vie municipale est organisée pour les principales céremonies autour de celles du 8 mai, du 14 juillet et du 11 novembre. Pour les fêtes elle propose ou participe à diverses manifestations comme les après-midi concerts, le Festival de Musique.

     

 
 
Vendredi 11 Novembre 2016 – Commémoration de l’Armistice de la Guerre 1914-1918.
Cérémonie en l'honneur de tous ceux qui sont morts pour la France

 
La traditionnelle messe du 11 novembre a été célébrée par Dom Mathieu, en l’Eglise Saint-Pierre. Messe de la Saint-Martin qui, outre les élus et fidèles de la paroisse, accueillait les élèves de l'internat du Lycée catholique, leurs parents, les anciens qui fêtaient en fin de matinée les 10 ans de l'établissement ainsi que les élèves des internats qui en sont issus de Laval et du Puy en Velay. Dans son homélie Dom Mathieu annonçât que Saint Martin allait nous aider à unifier toute cette journée aux nombreuses manifestations. " Il nous apporte la charité, le don de soi aux autres. Qu'est-ce qui fait que les hommes qui depuis 2 ans  en 1916 sont dans les tranchées tiennent? La charité.  C'est cela qui permet au cœur des combats aux hommes d'être présents et de continuer à se battre pour la France, la Liberté et la Paix et pour leur frère qui est à côté d'eux".
      
A l'issue de la messe, derrière les drapeaux, de la place de la Libération, part le cortège suivant les musiciens de la Pontilévienne, les sapeurs-pompiers de Pontlevoy-Thenay, les élus de la municipalité en direction du cimetière municipal. Le cortège est nombreux: les lycéens et leurs familles sont présents, et les pontiléviens nombreux.
      
Devant le carré des soldats (ils sont 11 des différends conflits du XXème siècle), une gerbe est déposée en mémoire des enfants de Pontlevoy et des militaires de l’Hôpital Temporaire N°38, installé dans l’abbaye, morts pour la France entre 1914 et 1918.
Au monuments aux morts, après le dépôt de gerbes, le discours de l’Union Française des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, l'appel des Morts pour la France sont lus par deux lycéennes, "En ce 98° anniversaire du 11 novembre 1918, la France commémore également le 100° anniversaire de la bataille de Verdun et des combats de la Somme. En ce jour de commémoration, rendons hommage à tous ces soldats de Métropole, d'Outre-mer et des Pays alliès, qui ont fait preuve d'un courage exemplaire méritant une indéfectible reconnaissance",
      
et  celui du secrétaire d'Etat auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire  par Jean-Louis Berthault, maire, "Soucieux de pérenniser et d'inscrire dans la pierre l'hommage rendu chaque 11 novembre aux Morts pour la France dans les théâtres extérieurs, le Président de la République a décidé qu'un monument sera dédié à ces femmes et hommes qui ont payé de leur vie leur engagement pour la défense de notre pays et de ses valeurs. Ce futur Haut-lieu de la mémoire nationale entend témoigner à la jeune génération combattante la reconnaissance éternelle de la Nation et rappeler aux Françaises et Français que la liberté dont ils jouissent est aussi due à l'engament de ces femmes et hommes qui, jusqu'au sacrifice de leur vie, sont prêts à la défendre".
      
Après la minute de silence, la sonnerie aux Morts et la Marseillaise jouée par la Pontilévienne, le cortège se dirige vers le Monument des Victimes et Martyrs du nazisme, boulevard Malingié, pour y déposer, là aussi, deux gerbes.
Au foyer rural, après une dernière présentation aux drapeaux, le maire, dans son allocution, rappelle ce que fut au front l'année 1916 mais aussi que "durant cette période les femmes ont assuré le travail agricole dans les zones rurales et que dans les secteurs industrialisés elles présentent, souvent avec leurs enfants, la presque totalité des ouvriers. leurs conditions de travail sont très dures et payées moins cher que les hommes. A la fin de la guerre une circulaire leur demandera de démissionner de ces usines pour laisser la place aiux hommes revenus du front. Un siècle plus tard il est aussi important de commémorer ce douloureux passage de notre histoire".
 
Revenant à aujourd'hui il fait le point sur les actualités du moment.
L'abbaye est en vente. Faut-il croire tout ce que rapporte la presse des entretiens qu'elle a pu avoir avec le responsable de l'abbaye? Dans sa campagne de mise en place de nouveaux panneaux de signalisation ceux concernant l'abbaye ont été intégrés. Pour ce qui concerne la signalétique publicitaire, elle est du ressort des établissements recevant du public. Sur les 150 000€ dépensés pour recevoir du public (2000 personnes en 2016) il est étonnant qu'une petite partie n'ait pu être utilisée pour la publicité.  Par ailleurs il est dit que l'abbaye ne demande aucune contrepartie financière aux associations pour le prêt de salles. En 2016 les contrats signés par exemple pour La Bataille de Pontlevoy et le Festival de Musique ont représenté 15000€, soit 10% de la valeur annuelle dite d'investissement de l'abbaye. Enfin il est aussi bon de rappeler que la municipalité en 2001 a participé au tour de table pour permettre au propriétaire actuel de racheter le monument.
Les travaux de la Poste ont pris du retard suite à une suspicion de présence d'amiante. Elle devrait rouvrir entre Noël et le jour de l'an.
Après un certain nombre de réunions avec les personnes concernées et le conseil municipal un plan d'action pour le dossier médical est mis en œuvre. Il sera détaillé lors des vœux du maire.
Au 1er janvier 2017 les communautés de communes du Cher à la Loire et Val-de-Cher Controis seront fusionnées. Une réunion publique sera organisée d'ici à la fin de l'année sur ce sujet .
Après avoir remercié la Pontilévienne et le corps des Sapeurs-Pompiers Jean-Louis Berthault fit applaudir plus particulièrement Jean-Luc Gilet, chef de corps, hospitalisé après un accident du travail, ainsi que Jean-Pierre Daluzeau et Jacky Terrier, qui atteints par la limite d'âge vont arrêter leur carrière. Le verre de l'amitié a conclu la cérémonie.


Samedi 8 octobre 2016- Repas des Anciens
 
Pour la troisième année consécutive le banquet annuel des Aînés offert par la municipalité s'est déroulé en ce début d'automne. C'est sous le signe des "Livres et lecture,  livres en herisson, dictons ou paroles d'hommes et écrivains célèbres sur la lecture sur table, que le conseil municipal quasi complet accueille 141 pontiléviens de 68 ans et plus.  
Une fois chacun installé, Jean-Louis Berthault, maire, ouvre le repas par un petit discours, appele et présente les membres de la commission sociale qui a préparé la journée, les jeunes qui vont servir et l'équipe du traiteur. Il laisse ensuite Christiane Barboux, en charge du CCAS, conduire la suite de la manifestation.
Comme à l'habitude les doyens de la salle sont appelés près du conseil et reçoivent un panier garni en cadeau. Pour les dames ce sera Fernande Dugas,  pour les messieurs Lucien Samson. Le menu a été numéroté et un tirage au sort récompense là aussi  d'un panier garni deux convives: mesdames Martin et Berthelin. La traditionnelle photos de groupe faite, élus et jeunes de la commune, Anaëlle, Léonore, Manon,  Maeva et Louis servent l'apéritif.
       
Pierre Regisseur, un ancien du cours Simon, avant le début du service nous récite deux poèmes: l'un de Florian, l'autre plus célèbre d'Arthur Rimbaud "On n'est pas sérieux quand on a 17 ans."
Le menu,  préparé par  M Riollet, traiteur à Bourré, commence par un feuilleté de saumon à l'oseille sur lit de salade. Après le temps  de pose du sorbet poire vient le plat principal, joue de boeuf en daube avec gratin dauphinois. Le tout étant bien entendu accompagné d’une salade avec fromages de brie et chèvre que complétent les mignardises de Walter et le café. Le Domaine des Roy fournit le vin, blanc, rouge et pétillant.  Servi pour chaque plat rapidement et entrecoupé par de moments d'animations où les musiciens, le duo Gracias, trompette et accordéon, font choisir et chanter les chansons préférées de chacune des tables, le repas se déroule sans fausse note, valse, tango, madison et autres danses entraînant les danseurs sur la piste du foyer rural.
  
Jeudi 14 juillet – Fête Nationale

Pour 2016 la municipalité et les associations ont choisi une célébration dans la tradition. Le temps est resté au beau et a permis à la journée de se dérouler sans encombre.
Au matin treize équipes de deux partenaires (souvent un adulte et un jeune) ont pédalé sur les chemins du plateau entre Pontlevoy ,
l'étang de Sudais et cette année l'incontournable Ail Vert, lieu de la Bataille, participant à diverses épreuves, sportive et d'adresse, culturelle en faisant du beurre ou en testant ses connaissances sur l'étang par exemple.
Notre groupe local Cahot a lancé l'après-midi, place de la Saulaie, par un concert de rock, démontrant encore une fois, s'il le fallait, sa qualité.
  
Pendant le concert des élus gonflaient à l'hélium les ballons  qui allaient s'élancer de la place du Champ de Foire  vers des contrées éloignées. Dans cet espace découvert aucun ne s'est perdu ou accroché sur un fil électrique ou des arbres. Attendons leur retour!
  
  
  
Vers 17h, de la place de la Saulaie, la Parade traditionnelle, avec nos chars locaux, dont celui de la Pontilévienne emmenant le cortège, a fait le tour du village, aux bâtiments et arbustes décorés par Pontlevoy Animation, suivant le pavoisement des maisons signalées de ballons bleu, blanc, rouge. Venaient ensuite  le corps des sapeurs-pompiers de Pontlevoy-Thenay, le maire et les élus non occupés sur le parcours à en assurer la sécurité, les chars réalisés par les associations, quartier ou particuliers, avec en queue de peloton les véhicules des sapeurs pompiers.
Ils ont parcouru ainsi les rues du village, rue Poulain, de la Boule d'Or, du 8 Mai, du boulevard Malingié,
rue Marcel Thenot, du Pichois, puis retraversant la départementale par le boulevard des Tilleuls jusqu'au Foyer Rural où se sont poursuivis les cérémonies.
  
Après les remerciements des conseillers municipaux aux sapeurs-pompiers, le discours du maire,  la municipalité offrait un vin d'honneur à la population.
  
  
A sa fin les résultats du rallye vélo furent donnés. En sont sortis premier Hannelore et Vincent Laigniel, suivis de fort près par Laurent Limousin et Hugo Racine puis Sébastien Lepin et Noémie Limousin.
Le dîner dansant, qui suivait, était organisé par Pontlevoy Animations, accompagné par le groupe Holiday, la buvette étant tenue par le club Cyclo de la Pontilévienne.    
Vers 22h30 il était temps de préparer la retraite aux flambeaux, qui conduisit en musique le public, et un grand nombre d'enfants, devant la façade de l'abbaye
où le feu d'artifice, accompagné en musique, fut tiré en parfaite sécurité.   

Dimanche 8 Mai 2016 - Célébration du 71ème anniversaire de l'Armistice de 1945
 
La cérémonie, un dimanche, le seul pont de cette année, a fait moins recette qu'à l'habitude. Si ce n'est lors de la cérémonie religieuse, en l'église Saint Pierre, célébrée par Dom Julien, qui fut superbement animée par les jeunes du lycée La Rochefoucault de Paris VII.
Puis rassemblés devant la mairie, derrière les drapeaux, la Pontilévienne fanfare, les sapeurs-pompiers de Pontlevoy-Thenay, le maire et son conseil municipal, les anciens combattants et un public clairsemé ont rejoint le monument aux morts dans le jardin de la mairie pour le dépôt de gerbes et les discours.
      
Le discours de l’UFAC (Union Française des Associations de Combattants) fut lu par Raphaël Perri, lycéen à Pontlevoy. "... En ce jour anniversaire où la France se souvient, l'Union Française des Associations de Combattant et de Victimes de Guerre, invite chacun et chacune, particulièrement la jeunesse, à la vigilance et à œuvrer pour un monde plus solidaire, un monde de fraternité, de solidarité et de paix".
      
Puis Jean-Louis Berthault, maire, lut le discours du Secrétaire d’Etat, auprès du ministre de la Défense chargé des anciens combattants et de la mémoire, Jean-Marc Todeschini: "…La Seconde Guerre mondiale fut marquée par un déchaînement de violence jusqu'alors inconnu dans l'histoire. Durant ces années de guerre, la distinction entre le front et l'arrière a été abolie. Il faut se souvenir, aujourd'hui, de toutes ces femmes, de tous ces enfants, de tous ces hommes qui ont offert et qui portèrent cette souffrance jusqu'à leur mort: les réfugiés, les victimes des bombardements, les prisonniers de guerre, les internés, les déportés.Ces mémoires de coutage et de souffrance doivent continuer à vivre, au-delà des commémorations."
Après la minute de recueillement, la Marseillaise exécutée par la Pontilévienne fanfare, le défilé des participants remonta la rue du Colonel Filloux et le boulevard Malingié jusqu'au monument des victimes Déportés et du STO où de nouvelles gerbes furent déposées.
      
      
Au foyer rural Jean-Louis Berthault rappela que le 8 mai est redevenu jour férie en 1981. Le nombre de jours fériés en France fait débat et ce nombre est variable en fonction du pays de l'Europe où l'on vit. S'il est important que les nouvelles générations se souviennent de cette période, on peut se poser la question de savoir si une journée européenne du souvenir, commune pour tous, ne serait pas plus efficace et préférable.
Le point sur la vie communale commença par le point intercommunalité: la proposition de regroupement des trois communautés de communes, du Cher à la Loire, Val de Cher Controis, du Romorantinais-Monestois, à l'horizon 2019, en attente de décision du ministère de l'Intérieur, et, l'évolution du Plan Local d'Urbanisme intercommunal qui voit classé Pontlevoy comme pôle intermédiaire. A ce titre cela permettra une progression assez importante de construction possible, même si il faut s'attendre à une perte, elle aussi assez importante, de nos surfaces aujourd'hui constructibles. Sur la commune, depuis le mois dernier, la poste est occupée par un facteur guichetier, à raison de 2 heures par jour, six jours sur sept dont le samedi matin entre 9 et 11h. Les huit logements rue Franche, gérés par Terre de Loire Habitat, seront bientôt disponibles et les dossiers de demande de location, sous conditions financières, sont disponibles en mairie. Enfin les travaux de l'aire de camping-car devraient démarrer incessamment pour être disponible pour la Commémoration du Millénaire de la Batille de Pontlevoy, pour laquelle, depuis bientôt plus de six mois, un grand nombre de bénévoles s'afférent dans la joie et la bonne humeur. 
Le point ainsi fait chacun fut invité au verre de l’amitié. Les discussions entre groupes purent reprendre ainsi qu’il est de coutume dans ces circonstances.


Dimanche 10 janvier - Vœux du Maire
 
Après l’ouverture en musique par la Pontilevienne les autorités présentes, député de la circonscription, sénatrice, vice-président du Conseil général, présidents de Communauté de communes, élus des communes voisines,  représentants de la gendarmerie, du clergé, du centre de secours, du lycée, des associations, sont salués et remerciés de leur présence par Jean-Louis Berthault, maire.
      
A Paris du 7 au 9 janvier 2014, 3 jours d’attentats feront au total 20 victimes. Le 13 novembre une vague d’attentats frappe Paris et Saint Denis. "La violence et la barbarie de ces actes nous interrogent tous. Nous avons été consternés par la disparition de Marion et Anna Pétard, filles de notre ancien boucher,  qui avaient fait leurs scolarités de primaire à Pontlevoy. C’est dans ce contexte que les élections régionales se sont tenues. Un taux d’abstention très important montre à quel point l’électorat n’entend plus le discours politique. Ce constat est regrettable et inquiétant.  Le droit de vote doit-il devenir une obligation?  N’oublions pas que nos aînés se sont battus pour obtenir ce droit et que la démocratie dépend du bon usage de ce dernier". 
Comme pour tous les vœux des maires de la communauté de communes  Jean-Louis Berthault donne aux siens une place prépondérante aux actions menées par la notre. La phase diagnostic du PLUi (Plan Local d'Urbanisme intercommunal) est maintenant terminée. Une première restitution publique sera faire à Pontlevoy demain à 18h au foyer rural. L'instruction des permis de construire est en route maintenant depuis le 1er juillet 2015 en partenariat avec le Val de Cher Controis. Un RAM (Réseau d'Assistantes Maternelles) a vu le jour et permet de répondre à la demande de manière uniforme sur l’ensemble du territoire de la CCCL. Après la construction des tennis couverts de Pontlevoy, la CCCL commencera en 2016 la construction d’un gymnase intercommunal à Montrichard et réfléchira à la modernisation de celui de Saint-Georges-sur-Cher. Au niveau administratif la loi NOTRé (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) se traduit par une fusion demandée avec le Val de Cher Controis. Si toutes les communes sont d'accord, le délai imposé par la préfecture ne permet pas de réaliser cette fusion dans de bonnes conditions, d'autant qu' une nouvelle organisation territoriale frappe à la porte: l'agglomération avec Romorantin pour un territoire qui irait de Romorantin à Saint Georges-sur-Cher.  Si cette opération se réalisait, deux structures intermédiaires disparaîtraient: les communautés de communes et le Pays de la vallée du Cher et du Romorantinais. "Je suis démocrate et je sais que nous ne pouvons pas mener cette réflexion sans y associer la population. Vous nous avez élus et nous vous devons toute la transparence nécessaire à cette éventualité".
En 2015, à Pontlevoy, les travaux de la rue Auguste Poulain ont été terminés. "Le stationnement a été pensé avec un marquage au sol. Celui-ci semble relativement bien respecté. Ce qui porte à croire que ce système pourrait être également mis en place dans certaines rues où le stationnement est problématique. Je remercie une dernière fois les riverains de cette rue pour le comportement positif qu’ils ont pu avoir face à  tous les désagréments qu’ont pu leur apporter ces travaux". Le lotissement des 8 logements adaptés rue Franche devrait être livré en septembre prochain. Destiné en priorité aux personnes âgées de la commune, sous condition financière, les personnes intéressées peuvent s'inscrire en mairie. Enfin de nombreux travaux en régie ont été exécutés par les employés communaux: création d'un parcours sécurisé devant l'école, début d'aménagement de l'espace Girard-Rochais devant l'abbaye, pose et dépose des décorations de Noël. Au secrétariat, suite au départ d'une employé, que la commune n'a pas remplacé, un aménagement des horaires d'ouverture a été mis en place et un emploi d'avenir recruté  et partagé à mi temps avec l'association du Festival de Musique. A l'Ecole Malingié pour la deuxième année des TAP(Temps d'Activité Périscolaire), confiés à l'AVAC de Thésée, un éducateur sportif s'est joint au personnel.
En 2016 ce seront le premiers aménagements du Zéro pesticide (au 1er janvier 2017) avec un retour à la binette sur une ou deux zones de la commune. Le groupe La Poste est en pleine restructuration et nous propose différentes solutions pour Pontlevoy. Deux solutions,  l’agence postale communale ou le facteur guichetier; sont à l'étude pour décision.
Sur le plan budgétaire, entre 214 et 2015 la commune a perdu 40000€ de recettes, principalement de l'état. Cette perte a été compensée par des économies de fonctionnement: remplacement partiel d'un poste de travail, grâce à la météo une économie en facture énergétique de 10.000€, 7000€ avec la coupure de l'éclairage de nuit entre 23h et 6h, 7500€ grâce au transfert du RAM à la CCCL.
L’année 2016 sera pour Pontlevoy l’occasion de fêter le Millénaire de la Bataille de Pontlevoy. Pour ce faire la Pontilévienne a ouvert une section spécifique, un comité de pilotage créé. "Ce projet ambitieux que nous portons débouchera sur 6 jours d’animations médiévales du 1er au 6 juillet. Des concerts, un marché médiéval, des démonstrateurs, des camps de vie, des représentations de la bataille, des stages de danse, calligraphie, un banquet constitueront les principales animations de ces journées".
Enfin notre corps des sapeurs pompier s'étoffe. Au plan départemental le SDACR (schéma départemental d’analyse et de couverture des risques) a été mis en place en 2015 avec plusieurs décisions de réorganisation importantes. Le centre de Sambin a été fermé. Ayant le choix de leur nouvelle affectation, les pompiers de Sambin ont décidé de rejoindre les pompiers de Pontlevoy. Le centre de Pontlevoy Thenay compte donc depuis le 1er janvier 2016, 6 nouveaux pompiers expérimentés. En 2015 ils ont fait  300 sorties soit 60 de plus que l’année précédente.
     
Clôturant ses voeux sur ce thème, les intervenants suivants revinrent à tour de rôle, sur les projets d'organisation du territoire: Jean-François Marinier et Jean-Luc Brault, plutôt partisans d'aller vers une organisation de type agglomération; Jean-Marie Janssens donnant son point de vue sur les communes nouvelles et faisant le point sur le budget du département; Jacqueline Gourault, sur l'apport de la loi NOTRé à la clarification des compétences des différentes strates administratives.
Denys Robiliard, enfin, sort du sujet, pour expliquer au public son mode de fonctionnement à l'Assemblée Nationale, bien loin des pantomimes que l'on peut voir à la télévision et qui ne font plus rire personne.
La salle rangée, la galette fut servie par les conseillers municipaux et employés communaux, le public pouvant tout à loisirs consulter la galerie des photos des événements marquants de 2015, s'approcher du décor "Bataille de Pontlevoy 1016-2016", admirer les premiers vêtements et cotte de maille fabriqués  par le bénévoles de la Bataille..


 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site