LE JUMELAGE PONTLEVOY - GIGNOD

Il convient ici de dire que nous avons été choisis par la commune de Gignod qui souhaitait trouver une commune de France, d’une population identique à la sienne ayant des caractéristiques voisines.
 En dehors de la population le reste est différence : village groupé autour de son abbaye, village éclaté en une dizaine d’hameaux, village de campagne, village de montagne, culture de la vigne et des céréales, élevage sur prairies, etc. Au début déjà, Xavier de Bodard pilotait la commission municipale jumelage qui souhaitait un village de langue française avec des paysages et culture différente de la notre mais pas trop pour permettre des échanges fructueux. Pour nous le choix de Gignod était excellent.
 
 


29.30.31 janvier 2011 - Le Comité de Jumelage à Gignod en Val d’Aoste (Italie)

Les villages jumelés se rencontrent régulièrement et choisissent généralement des événements majeurs de la vie de l’une ou de l’autre pour se rencontrer et  s’immerger dans une ambiance et autour d’une culture qui leur est inconnue.
Parmi ces événements l’un d’entre eux en Val d’Aoste, région autonome d’Italie dont Gignod, ville jumelle de Pontlevoy, fait partie, est incontournable depuis 1011 ans : la Foire de la Saint-Ours. 
                                                    
Elle
se déroule invariablement les 30 et 31 janvier dans le centre de la capitale de région Aoste. Elle accueille un millier d’artisans et d’artistes et reçoit sur deux jours quelque 250 000 visiteurs. Pour ce faire la région mobilise tout ce qu’elle compte de forces vives,  d’ordre et de sécurité mais aussi nombre de volontaires des syndicats d’initiatives et bénévoles habituels des villages valdôtains. Depuis quelques années les adhérents du comité de jumelage de Pontlevoy souhaitent y participer. En 2011 le coup semblait jouable, 30 et 31 tombant un dimanche et lundi. Aussi la demande fut-elle faite à Gignod de nous accueillir pour une fin de semaine améliorée axée sur la Foire et complétée d’une étape sportive en montagne et d’une visite culturelle. Malgré le surcroît de travail qu’elle représentait cette proposition fut acceptée.
Samedi 29, tôt le matin, Maurice au volant de son car de la Société Boscher, vient prendre en charge 35 adhérents du comité de jumelage, dans une cour de l’abbaye mise gracieusement à disposition pour ranger à l’abri des regards les véhicules des partants. 
      
Dix heures plus tard, après les deux arrêts obligatoires, nous arrivons dans l’un des hameaux « Le Planet » qui composent Gignod. Le maire ou syndic Riccardo Farcoz, le vice-syndic, ancien président du comité de jumelage de Gignod Giorgo Gagliardi, l’assesseur régional (vice-président de région) aux Activités productives Ennio Pastoret, son secrétaire Valter Margueret, autre cheville ouvrière majeure depuis le début du jumelage et tous les accueillants sont présents à la descente du car. Les bagages sont chargés et nous nous retrouvons au café du Planet pour refaire connaissance. 
                            
La soirée se passe en famille et après une nuit calme nous nous retrouvons sous la neige pour un dimanche de folie.La matinée se passe pour  moitie d’entre nous au village d’Etroubles, pour l’autre moitié sur les pistes de ski de Flassin.
                  
A Etroubles, Alexandra, bibliothécaire de Gignod, nous fait découvrir un village de montagne à travers un itinéraire piéton ayant comme point de départ la bibliothèque communale et rythmé par 21 pauses autour d’œuvres d’artistes internationaux qui composent un musée dans la rue au titre évocateur : « A Etroubles, avant toi sont passés… ». Le plus célèbre de ces passants étant,  en mai 1800, Bonaparte, premier consul, à la tête d’une armée de réserve : 40.000 hommes, 6.000 chevaux, 40 canons... Lui-même franchit à sa tête le col du Grand-Saint-Bernard (2469 mètres), en Suisse, dans des conditions qui frappent de stupeur les contemporains : il y a plusieurs mètres de neige au col, et l'équipement de la troupe est radicalement inadapté. Les hommes doivent se transformer en bêtes de somme pour transporter le matériel. A Etroubles couchant dans la maison du curé il reçoit ses généraux qui viennent demander des billets de logement confortable en leur montrant la paille sur laquelle il se repose.
                    
Sur le domaine skiable de Flassin, aux paysages magnifiques les sportifs pontiléviens pratiquent parcours en raquette et ski de fond. Il ne fait pas trop froid, il n’y a pas de vent, les chutes de neige intermittentes ne sont pas un problème. Au final pas de casse, hormis un bâton de ski de fond.
                            
Après un repas pris en commun au restaurant de la station, charcuteries valdôtaines, lasagnes, fromages valdôtains dont la célèbre et si délicieuse Fontine, née au XIIIème siècle , au lait de vache, c’est le départ pour la Foire de la Saint-Ours à Aoste.
Renseignements pris il n’y a plus une place de libre pour garer le car. Celui-ci fera donc un aller-retour et Maurice sera récupéré à Gignod pour être ramené sur Aoste pour lui aussi participer à la fête.
L’objet principal et quasi unique de la Foire est le bois, le bois des arbres valdôtains, qu’il soit traité sous forme d’objets utilitaires, échelle, tonneau, râteau, religieux, christ en croix, dormition, symbolisant la vie de la campagne, fenaison, combat de vaches ou d’aménagements intérieurs, lit, cuisine, berceau, etc. Les mille exposants, artistes et artisans valdôtains, présentent ces deux jours, le fruit de leur travail, simple passe-temps ou véritable activité professionnelle.
                 
La foule est imposante. Dans les petites rues étroites les exposants sont en vis-à-vis et le passage restreint est organisé par le forces de l’ordre en un circuit à sens unique. En différends points stratégiques buvettes, distribution gratuite de bouillon chaud et de vin brûlé. et restaurant sous tente attendent les clients.
                                                       
Les repas sont servis par les différents syndicats d’initiatives du Val d’Aoste en continu de 11h du matin à tard dans la nuit. Nous avons été, les deux jours, sur place, les hôtes choyés de la Pro Loco du Grand Combin.
                                      
Des musiciens, des danseurs valdôtains, ou d’autres provinces, en tenue traditionnelle, jouent et accompagnent des airs de leur répertoire. Ils se déplacent tout au long de la foire. Face à la mairie « l’Atelier » est une exposition réservée aux entreprises et aux maîtres artisans valdôtains. Ceux-ci sont présents sur leur stand et le visiteur peut sans peine les rencontrer.
Les artistes et artisans sont en compétition pour remporter un certain nombre de prix : prix récompensant le plus prometteur âgé de moins de 25ans, prix récompensant le plus âgé n’ayant pas remporté de prix les 5 années précédentes, prix pour avoir préservé les techniques artisanales dans la fabrication des outils agricoles, prix sur un thème religieux.
Aux visiteurs sont proposé le bijou de la Foire, cette année un rabot en poirier, une médaille commémorative, une flamme postale spécifique à date ainsi qu’un concours de photographie numérique sur le thème du « face-à face de générations ».
Après le repas du soir les étals sont rangés et la longue « veillà », qui peut vous conduire jusqu’au petit matin, vous entraîne dans les danses et les chants à travers les rues vers les caves où se pressent dans une bonne humeur communicatives les noctambules.
Le lundi matin nous retournons à la Foire, pour les derniers achats, les derniers moments en commun. Ennio Pastoret, dont l’organisation de la Foire entre dans les compétences, nous fait l’amitié d’une visite. 
                              
A 14 heures, sans avoir perdu un adhérent, après avoir chanté sur l’air « d’Etoile des Neiges », créée en 1949 par Line Renaud,  des paroles composées par Laurent et Jean-Louis en remerciements à nos hôtes le car décolle d’Aoste.
                                          
Nous vivrons un dernier grand moment, accompagné de fou-rires, vers 19h, en pleine nuit, lors du pique-nique devant chez Lily, à Digoin. Les raisons des fous-rires, si vous le voulez bien, nous les garderons pour nous.

Remerciements
- à nos hôtes valdôtains qui n’ont pas ménagé leur peine pour nous offrir un séjour de rêve.
- à Maurice notre chauffeur qui  nous a maintenu dans les horaires et dont la conduite a été sans défaut.
- à Matthews  pour nous avoir permis de garer nos véhicules dans l’enceinte de l’abbaye.
- à l’ensemble des participants pour leur état d’esprit à l’unisson de la Fête.


 

Du 9 au 11 octobre 2009 le week-end de Jumelage de Pontlevoy
Les communes de Gignod en Val d’Aoste et de Pontlevoy ayant le sens de la fête célèbrent à tour de rôle le dixième (ou onzième) anniversaire de leur mariage. En réalité la première rencontre officielle s’est déroulée le 11 septembre 1998. Mariage gagnant puisque depuis 11 ans tous les ans nous nous rencontrons, chez l'un ou l'autre, sur des week-ends thématiques, footnall, musique, associations ou généralistes, toute la population étant invité à participer.
Cette année ce sont une trentaine de Gignolains qui nous ont rendu visite du vendredi 9 au dimanche 11 octobre avec à leur tête Claudio Bredy, syndic de la commune et Giorgio Gagliardi, président du comité de jumelage valdotain. Beaucoup sont en couple et un bon tiers, plus jeune, vient à Pontlevoy pour la première fois. 
Une fois les présentations faites, les amitiés renouées, après l'installation dans les familles hôtes, nous nous sommes retrouvés pour un premier repas atour des images des 10 précedentes années, montées en diaporama par Joëlle Nouailles et projetées sur le mur du théâtre de l'abbaye, amicalement prêtée par l'Euramcenter.
                                      
Le samedi le comité de jumelage avait organisé pour ceux qui le désraient une matinée vendange. Anne-Cecile Roy avait gardé un rang de vigne à vendanger. Arrivés sur place la pluie cessa et munis de sécateurs et de seaux, il leur fallu peu de temps pour recolter une cinquantaine de kilos de raisins. Moment d'échanges pédagogiques où Anne-Cecile excelle, relayée au chais par son papa Michel, présentant et expliquant les differents cépages de la propriété, tout cela bien entendu avant la dégustation à la cave.

                                                 
L’après-midi, après repas en famille, direction Monpoupon et visite du château et de son musée de la chasse. Au retour quelques-uns assistèrent au concert, dans la chapelle, du chœur de la Marelle. 

                                                                 
 

La soirée  réservée à la cérémonie officielle débuta vers 20 heures avec, après les discours des maires et présidents de comité,  le renouvellement de l’engagement pris en septembre 1998 dans le salon de l’abbaye, la Pontilévienne, présente dans tous les événements communaux, interprétant au final l’Hymne à la Joie de Beethoven. On retiendra des discours, outre les retours sur le passé et ses réussites, le désir exprimé des deux parties de renforcer leur coopération pour trouver de nouvelles idées et surtout pour arriver à ce que la jeunesse des deux villages apprenne à se connaître. 


 L’apéritif, offert à la population, se déroula dans la salle dite du Poêle puis nous nous sommes tous retrouvés au théâtre autour d’un repas d’automne typique de notre région, repas animé par la Pontlévienne et par Michel Bulteau, magicien bien connu de la commune, qui nous mystifia des ses tours de passe-passe, de carte, de transmission de pensée.

         

Le dimanche était réservé à la famille avec toutefois, pour ceux qui le souhaitaient, une messe prévue en l’église St Pierre, pour partie en italien, merci au prêtre de la paroisse, et un départ retour annoncé à 14 heures. Nos amis Gignolains devaient se trouver bien sur la commune puisque le car les ramenant réussit à partir vers 15h30 le dernier café pris en commun.

Voila pour les participants une fin de semaine bien remplie qui se termine et plus encore pour les quelques bénévoles qui ont entouré et aidé Jean-Louis Berthault dans l’organisation de ces journées. Ils ont su régler avec doigté et discrétion  les petits problèmes inhérents à ce type de manifestation..

A l’an prochain à Gignod.


 




Créé avec Créer un site
Créer un site