La Presse parle de Pontlevoy en 1917 et 1967

Les délais de communicabilité des documents destinés à être portés à la connaissance du public sont variables en fonction de leur nature (Article L.213-1 et L.213-2 du code du patrimoine).

Le délai général de communicabilité des archives est de 30ans.

Il est de 60 ans pour les renseignements intéressant la vie privée, de 100ans pour l’état civil, les minutes et répertoires des notaires, les dossiers de jugement, l’enregistrement.

Il peut-être plus important pour d’autres types de dossiers, mais qui ne concerneront pas cette page.

 

 
 

Quelles sont nos sources pour notre territoire?

 

Il y a 100 ans quelques périodiques principaux couvraient le département. Politiquement fort orientés ils utilisent une langue et un rédactionnel qui n’a plus court aujourd’hui. Le lecteur se souviendra que l’on sort à peine de la loi de séparation de l’église et de l’état du 9 décembre 1905, loi à l’initiative du socialiste Aristide Briand, considérée encore aujourd’hui comme l’événement fondateur de la société française du XXème siècle.

 

-         Quotidien :                   L’Avenir Moniteur du Loir et Cher

      Journal Politique, Catholique, Agricole et Commercial.

       -   Deux à trois fois par semaine:
L'Indépendant du Loir-et-Cher et l'Echo du Centre

 

-         Hebdomadaire :           Le Progrès du Loir et Cher

Organe de la Démocratie Républicaine et Socialiste du Département, sous le contrôle du Parti

    

Il ya a 50 ans les parutions se sont inversées, mais deux périodiques commentent la vie en Loir-et-Cher et plus particulièrement celle de notre canton.

 

-         Quotidien :                   La Nouvelle République du Centre Ouest

 

      -         Hebdomadaire :           La Renaissance du Loir-et-Cher

1917
En 1917 le franc or a cours.
En équivalence 1 franc or de 1917 aurait valu en 2000 17,74 francs et en 2008 3,12471 €

Août 1917
 
L’Avenir du 14 août L’Echo du Centre du 14 août
Le marché de Pont-Levoy
Le marché, qui se tient habituellement à Pontlevoy, le mercredi de chaque semaine, aura lieu, à cause du jour de l’Assomption, qui se trouve cette année le dit jour, la veille, mardi 14 août prochain.
 
 
1967
En équivalence 1 nouveau franc de 1967 aurait valu en 2000 7,310 francs et en 2008 1,2998€.
 
Août 1967
 
Nouvelle République des 5 et 6 août
Conseil municipal
Le conseil municipal de Pontlevoy s’est réuni le 28 juillet. Il a été décidé la mise en vente des 13 lots du lotissement de la Pilote sur la base de 19 F le m2 et a adopté le projet suivant : porter la limite de l’agglomération de Pontlevoy au niveau de l’ancienne ligne de chemin de fer sur la route de Montrichard ; faire apposer plusieurs stop entre autres au niveau de l’avenue Malingié, route de Montrichard ; établir des panneaux de poids limite sur le chemin de ceinture.
Il sera procédé à l’achat de quatre panneaux indiquant une déviation ou une invitation à stopper sur le lieu d’un accident.
Les devis de peinture concernant la perception, l’école de garçons, l’école de filles, l’école maternelle, la cantine, sont acceptés.
 
Nouvelle République du 28 août
Brillant succès de la kermesse et du gala de variétés du Comité des Fêtes de Pontlevoy
Contrairement à ce que l’on pouvait craindre à la veille de la fête annuelle de Pontlevoy, le beau temps est venu favoriser tant dans l’après-midi qu’au cours de la soirée de mardi dernier, le parfait déroulement de cette belle manifestation. Si bien que c’est fort nombreux qu’habitants de la région, estivants des bords du Cher ou même touristes de passage s’étaient donné rendez-vous dans la cour de la si célèbre abbaye, cet après-midi là.
C’est la Clique Pontilévienne, qui, défilant à travers la ville, donna le signal de l’ouverture de la fête à 14h : la musique de Pontlevoy, sous la baguette de son chef M. Pichet, devait d’ailleurs se tailler un franc succès au cours de l’après-midi, lors du brillant concert qu’elle donna en l’honneur des visiteurs.
Et chacun, tout au long de la journée, put trouver son content dans l’enceinte de la kermesse, délimitée par les stands qui avaient été dressés sur le pourtour de la cour de l’abbaye. Non seulement, en effet, de multiples attraction, étaient proposées aux amateurs, mais encore tous ceux qui désiraient essayer leurs dons ont pu s’exercer, les uns au tir, les autres au chant, les plus jeunes pouvant participer à des jeux radiophoniques animés par la célèbre Mireille Daix.
M. Boucher de Contres, gagne la coupe.
Comme à l’accoutumée, le grand concours de tir à la carabine a d’ailleurs connu une participation très importante et a été l’occasion de chaudes luttes : finalement, c’est à un controis, M. Michel Boucher, qu’a été remise la coupe bien méritée, puisqu’il l’emporta de justesse, par 48 points contre 47, après un dernier effort vainqueur, devant M. Pierre Rethoré, de Pontlevoy. Puis sont classés : 3. M. Gérard Ribedaux de Thésée, 4. M. Pierre Lucas de Lacé-sur-Croisne, 5. M. Serge Lasnier de Monthou-sur-Cher, 6. M. Jacky Letiesse de Blois, etc.
Dans l’après-midi était également présenté, sur le podium dressé en plein air au pied de l’abbaye, un spectacle groupant fantaisistes, illusionniste et vedette de la chanson ; les clowns Jimo et Pitou, un remarquable magicien Claude Deslandes, le jongleur Hubert Paris, la pianiste Hélène Peguet et surtout le jeune chanteur Patrick Lemaître, qui ont présenté un spectacle gai et jeune, très apprécié des spectateurs.
Le gala de variétés
A l’occasion de cette manifestation désormais traditionnelle, le comité des fêtes de Pontlevoy organisait cette année un grand gala de variétés. Ce spectacle agréablement présenté par Mireille Daix, a connu un succès mérité.
Il est vrai que bien des artistes de réputation internationale se sont produits ce soir-là. Le public a su, en outre, apprécier le fait que, des variétés, les principaux genres, surtout comique d’ailleurs, étaient présentés sur scène. A l’exception de quelques numéros, c’est bien, en effet, l’humour sous ses diverses formes qui domina la soirée, aussi bien avec la fantaisiste Michèle Patrick et le duo Léna et Alex, qu’avec le chansonnier Géo Pomel, avec Françoise et son accordéon ou enfin avec Dupont et Pondu. Point n’est besoin de vanter encore les qualités de ces deux derniers : les spectateurs ont joyeusement applaudi le comique de leurs chansons et goûté leur gentillesse moqueuse. Mais l’humour seul n’eut pas le privilège de la rampe ce soir-là, et outre les acrobaties des Dubouts ou l’art de Drallix, illusionniste de classe, on a pu apprécier comme elles le méritaient les interventions de la jeune Martine Havet, du célèbre Mario Carsy et aussi, bien sûr, de Patrick Lemaître, ce jeune auteur appelé à un grand avenir.
L’affluence était grande encore au grand bal qui resta ouvert jusqu’après la fin des festivités. Cette belle journée qui laissera dans les mémoires un souvenir des plus agréables aura donc connu le succès qu’elle méritait en accueillant nombre de visiteurs attirés par la perspective d’une journée distrayante de bout en bout.
 
Nouvelle République du 29 août
Parachutisme et voltige ont fait le succès de la Fête aérienne de Pontlevoy
L’association d’Education Populaire de Pontlevoy organisait une fête aérienne dimanche après-midi au lieu dit « Le Poirier-Rond », en bordure de la route de Montrichard. Les Ailes du Maine assuraient l’organisation technique de cette fête et le club manceau était venu avec un « Morane », piloté d’ailleurs par un Blésois M. Couget, et une équipe de sept parachutistes, garçons et filles.
Deux autres clubs, l’Aero-Club de Sologne et l’Aéro-Club de Meaux, étaient venus en amis avec quelques appareils de types divers, surtout des « Jodel », ce qui donna à cette fête presque le caractère d’un meeting puisqu’il y avait une huitaine d’avions alignés en bout de piste.
Les nombreux spectateurs qu’avait attiré le programme annoncé ont pu apprécier notamment les démonstrations de sauts donnés par les parachutistes des Ailes du Maine. Toute la gamme des exercices habituels y passa : sauts classiques avec ouverture automatique, sauts à ouverture retardée après d’impressionnantes chutes libres soulignées par émission de fumigène, saut du stick tricolore.
Les conditions météorologiques très bonnes ont permis aux parachutistes de donner une excellente présentation et de faire applaudir par l’assistance la précision et l’élégance de leurs évolutions.
M. Charton, moniteur de voltige d’un club du Midi, actuellement en stage au terrain de Dierre, près d’Amboise, devait ensuite sur un « Stamp », faire une très belle exhibition d’acrobatie aérienne dans laquelle il utilisé toutes les figures de voltige en faisant passer plus d’un frisson dans le dos des spectateurs.
Bon nombre de ceux-ci voulurent profiter de cette fête pour prendre le baptême de l’air ou effectuer une petite promenade aérienne au-dessus de Pontlevoy et des environs, mais il faut le dire, dans des conditions de vol beaucoup plus paisibles que celles de Charton. Tous redescendirent enchantés de cette expérience en se promettant de la rééditer le plus tôt possible. Ainsi cette fête de Pontlevoy aura-t-elle bien servi la cause de la propagande aérienne.
Au dol un certain nombre d’attractions avaient été installées par les organisateurs pour permettre aux spectateurs de se divertir agréablement. Autour de la buvette on évoquait notamment le fameux meeting de 1910, le premier qui ait jamais eu lieu à Pontlevoy et qui attira plus de dix mille personnes pour assister aux exploits du pilote Morlat. Des progrès énormes ont été accomplis depuis cette lointaine époque, bien sûr ; mais l’aviation garde toujours son attrait et son prestige, comme on a pu le constater dimanche à Pontlevoy.

 



Créé avec Créer un site
Créer un site