La Presse parle de Pontlevoy en 1917 et 1967

Les délais de communicabilité des documents destinés à être portés à la connaissance du public sont variables en fonction de leur nature (Article L.213-1 et L.213-2 du code du patrimoine).

Le délai général de communicabilité des archives est de 30ans.

Il est de 60 ans pour les renseignements intéressant la vie privée, de 100ans pour l’état civil, les minutes et répertoires des notaires, les dossiers de jugement, l’enregistrement.

Il peut-être plus important pour d’autres types de dossiers, mais qui ne concerneront pas cette page.

 

 

Quelles sont nos sources pour notre territoire?

 

Il y a 100 ans quelques périodiques principaux couvraient le département. Politiquement fort orientés ils utilisent une langue et un rédactionnel qui n’a plus court aujourd’hui. Le lecteur se souviendra que l’on sort à peine de la loi de séparation de l’église et de l’état du 9 décembre 1905, loi à l’initiative du socialiste Aristide Briand, considérée encore aujourd’hui comme l’événement fondateur de la société française du XXème siècle.

 

-         Quotidien :                   L’Avenir Moniteur du Loir et Cher

      Journal Politique, Catholique, Agricole et Commercial.

       -   Deux à trois fois par semaine:
L'Indépendant du Loir-et-Cher et l'Echo du Centre

 

-         Hebdomadaire :           Le Progrès du Loir et Cher

Organe de la Démocratie Républicaine et Socialiste du Département, sous le contrôle du Parti

    

Il ya a 50 ans les parutions se sont inversées, mais deux périodiques commentent la vie en Loir-et-Cher et plus particulièrement celle de notre canton.

 

-         Quotidien :                   La Nouvelle République du Centre Ouest

 

      -         Hebdomadaire :           La Renaissance du Loir-et-Cher

1917
En 1917 le franc or a cours.
En équivalence 1 franc or de 1917 aurait valu en 2000 17,74 francs et en 2008 3,12471 €

Novembre 1917
 
L’Avenir du 1er novembre
Etude de Me Ledoux, notaire à Pont-Levoy.
Vente d’Attirail de Culture le dimanche 4 novembre 1917 à 1 heure du soir
Et jours suivants, s’il y a lieu à La Pommeraie (Commune de Pont-Levoy)
Par le ministère de Me Mouillet, notaire à Onzain, gérant l’étude de Me Ledoux, décédé.
On vendra :
Trois chevaux, 2 grandes voitures, 2 tombereaux, 1 traineau à fumier, 1 faucheuse-lieuse, 1 faucheuse à herbe, 1 râteleuse, 1 rouleau en fonte, 2 extirpateurs, 1 cultivateur américain, 2 versoirs, 6 charrues diverses, 1 harnais complet, colliers, traits, selles, reculement, dossières et sous-ventrières, guides en cuir et en corde, chaînes, 1 coupe-racine, 2 moulins à beurre, 1 sulfateuse, 1 soufreuse, 1 grande table et ses bancs
Et quantité d’autres bons objets.
Au comptant, 10% en sus
3 mois de crédit aux personnes solvables.
Pour tous renseignements, s’adresser à l’étude de Me Ledoux, notaire à Pont-Levoy.
 
Le Progrès du 7 novembre
Ecole de Pont-Levoy
Ont été reçus aux examens du baccalauréat pendant la session d’octobre.
MM. Raymond Faivre d’Arcier et Pierre Grenet (2e partie, philosophie) ; André Couturier (1re partie, latin-grec) ; Emmanuel Hamelin (1re partie latin-langues vivantes) ; Marcel Choupot (1re partie latin-sciences).
 
1967
En équivalence 1 nouveau franc de 1967 aurait valu en 2000 7,310 francs et en 2008 1,2998€.
 
Novembre 1967
 
Nouvelle République du 15 novembre
Entourés de leurs enfants et petits enfants
M. et Mme Delaleu ont fêté dimanche leurs noces d’or à Pontlevoy
Il y avait exactement cinquante ans dimanche qu’en la mairie de Pouillé, désiré Delaleu, vigneron, né à Pouillé le 8 mai 1891, épousait Camille Mardon, née dans la même commune le 16 janvier 1897. Cet anniversaire a été dignement célébré par M. et Mme Delaleu qui étaient entourés à cette occasion de la plupart des membres de leur famille et notamment de leurs enfants et petits-enfants. Mais c’est à Pontlevoy, où ils se sont installées au début de l’année 1927- il y a donc plus de 40 ans maintenant – que ces noces d’or ont été fêtées, notamment au cours de la grand-messe paroissiale célébrée à 11h.15 par M. l’abbé Blondeau, curé de Pontlevoy, et par un joyeux repas de famille.
Cette fête a été, pour de nombreux amis de la famille Delaleu, l’occasion de lui témoigner sa sympathie et son estime. Tant à Pouillé qu’à Pontlevoy, M. et Mme Delaleu ont toujours donné l’exemple d’une vie entièrement consacrée au travail et ils se sont fait estimer partout, tant par leur serviabilité et leur gentillesse que par leur courage à surmonter toutes les épreuves de la vie.
Ils ont eu dix enfants, sept garçons et trois filles, dont l’aîné a aujourd’hui 47 ans et la plus jeune 29 ans. Leur deuxième fils, René, est mort pour la France à l’âge de 21 ans, à San Giorgo (Italie) le 16 mai 1944. Sept autres sont mariés et ont donné à leurs parents, 14 petits-enfants. Mais Mme Delaleu, qui consacrait naguère une partie de son temps à soigner les malades, a trouvé le moyen de s’occuper encore d’une dizaine d’autres enfants qu’elle a en partie élevés.
Quant à M. Delaleu qui exerçait depuis 1927, la dure profession de chef-cantonnier, il a pris sa retraite en 1954. Il est ancien combattant de la Grande Guerre.
Nous leur renouvelons nos très sincères compliments, à l’occasion de leurs noces d’or en leur souhaitant de connaître, au milieu des leurs, de longues années de paisible retraite.
 
Nouvelle République du 27 novembre
Confrérie de St-Eloi
Tous les membres de la Confrérie sont invités à assister à la messe qui sera célébrée en l’honneur de la Saint-Eloi, le vendredi 1er décembre, à 11 heures.
Réunion en mairie pour le paiement des cotisations, à 12 heures. Banquet restaurant de l’Hermitage, à 13h15. Les sociétaires désirant assister au banquet doivent se faire inscrire obligatoirement avant le 28 novembre chez MM. Léger, Rethoré ou Le Pabic.
 



 



Créé avec Créer un site
Créer un site